Il faut sauver les abeilles

Les abeilles sont-elles en train de disparaître ? On observe en tout cas, depuis quelques années, un curieux phénomène que les américains ont baptisé « Colony Collapse Disorder » (CCD – Syndrome d’effondrement des colonies) : des milliers d’abeilles ne rentrent pas dans leurs ruches, sans que l’on puisse retrouver leur trace ou leurs cadavres à proximité (elles « disparaissent » en quelque sorte !). Ce phénomène est observé dans de nombreux pays, et en particulier aux Etats-Unis où l’on estime que depuis 2006 le CCD a touché jusqu’à 75% des abeilles de Géorgie, d’Oklahoma, de Pennsylvanie, du Wisconsin ou de Californie ; un quart du cheptel des ruchers aurait disparu rien que durant l’hiver 2006-2007. Mais l’Europe et le Canada sont aussi de plus en plus touchés : au cours de la même période (hiver 2006-2007) 40 % des ruches se sont vidées au Québec, 25 % des colonies ont été décimées en Allemagne.

Les scientifiques ne s’accordent pas sur les causes de cette disparition. On évoque l’agriculture intensive, l’urbanisation, les pesticides et les industries chimiques, un virus ou une bactérie et plus récemment, des chercheurs allemands ont montré que les champs électromagnétiques des téléphones portables désorienteraient les abeilles, les empêchant de retourner à leurs ruches.

Si l’on ne s’accorde pas sur les causes du CCD, les conséquences potentielles, elles, ne font pas l’objet de doute quant à leur gravité écologique et économique. Pour une raison simple : la pollinisation est une fonction vitale pour la plupart des espèces végétales ; les pommiers, les amandiers, les avocatiers, les cerisiers, les oignons, les concombres, le coton, l’arachide, le melon, etc. dépendent de 90 % à 100 % des abeilles pour leur pollinisation. On estime qu’avec la disparition des abeilles, c’est 65 % des plantes agricoles qui seraient menacées, soit 35 % de notre alimentation. Un monde sans abeilles pourrait donc être un monde sans fleurs, légumes et autres plantes (ce qui naturellement menacerait la survie de certaines espèces animales).

L’affaire est par conséquent prise très au sérieux par les scientifiques (le phénomène a fait l’objet d’un rapport du Congrès américain en 2007). Car le CCD serait déjà à l’origine d’une baisse de la production agricole dans certaines régions. Selon Dennis van Engelsdorp, chercheur au département d’agronomie de l’université de Pennsylvanie, des producteurs de concombres de Caroline du Nord aux Etats-Unis ont réduit leur production jusqu’à 50 % simplement parce qu’ils n’ont pas trouvé suffisamment de colonies disponibles pour assurer la pollinisation !

Bien que la citation « si les abeilles venaient à disparaître, l’humanité n’aurait plus que quatre années devant elle », souvent attribuée à Albert Einstein, paraissent exagérée, il est hautement probable que sans abeilles, le visage du monde ne soit plus le même. D’où l’urgence d’une plus grande prise de conscience par le grand public (qui reste peu sensibilisé à ce phénomène) et d’actions pour sauver les abeilles.

Dans la même Catégorie

Commentaires

Aucun, Soyez le premier à réagir

Réagir à l'article

Votre commentaire